Malgré le cadre juridique en place et l’existence de plans nationaux destinés à assurer l’égalité hommes-femmes, le Brésil et le Mali ont encore quelques obstacles à surmonter pour garantir la mise en œuvre de politiques tenant compte de la problématique hommes-femmes. Les conclusions tirées de cette réflexion ont été exposées dans le cadre du webinaire intitulé « Comment promouvoir des politiques publiques qui tiennent compte de la problématique hommes-femmes : les exemples du Brésil et du Mali », organisé le 29 juin par l’Initiative brésilienne d’apprentissage pour un Monde sans pauvreté (World without Poverty, WWP) et la plateforme socialprotection.org. L’enregistrement vidéo et la présentation sont disponibles en ligne.

Ana Julieta Teodoro Cleaver, Spécialiste en politiques publiques et en gestion gouvernementale du ministère de la Planification, du Développement et de la Gestion y a présenté le cadre institutionnel brésilien, qu’elle juge « complexe, très intéressant sur le plan théorique, mais difficile à rendre efficace dans la pratique ».

Ana Julieta Cleaver a pour sa part expliqué que ce cadre s’était principalement constitué après 2003, avec l’institution du Secrétariat d’État de politiques favorables aux femmes. Il s’est vu attribuer le statut de ministère et s’est accompagné de la mise en place d’instances infranationales chargées de superviser les politiques relatives à l’égalité des sexes. Pendant sa carrière professionnelle, Ana Julieta a travaillé pour des organes en charge de politiques favorables aux femmes au niveau fédéral comme étatique. 

Outre le Plan national de politiques favorables aux femmes (Plano Nacional de Políticas para as Mulheres), de nombreuses avancées ont vu le jour au Brésil à partir de conquêtes effectives dans le domaine législatif, comme l’adoption de la loi Maria da Penha (qui a produit une définition juridique des violences conjugales et familiales à l’encontre les femmes et a ainsi permis de combattre plus efficacement ce type de violences) et de la loi instaurant l’obligation pour les partis politiques de présenter un quota minimum de femmes candidates aux élections.

« Il reste toutefois encore beaucoup à faire pour parvenir à une égalité effective », souligne la spécialiste, qui a ensuite fourni des données sur le taux de chômage et la précarité du travail, dont les chiffres sont supérieurs chez les femmes brésiliennes. Parmi les grands défis à relever figure la mise en œuvre intersectorielle et transversale de la problématique hommes-femmes dans les politiques publiques.

Au Mali, les principales stratégies en la matière se trouvent consignées dans la Politique Nationale Genre (PNG), dont la mise en œuvre est dirigée par Tounkara Sophie Soucko, secrétaire permanente de la PNG au ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

Lancée en 2014, la Politique Nationale Genre prévoit l’institutionnalisation de l’égalité hommes-femmes dans les réformes, les politiques, les institutions et les systèmes de planification nationaux, sectoriels et locaux du pays. Le Mali est signataire des principaux instruments internationaux de la région en matière de protection des femmes et des enfants.

Selon Sophie Soucko, malgré les récents progrès réalisés en la matière, le pays doit encore effectuer une transition pour s’orienter vers une couverture santé universelle capable de protéger les femmes vivant en milieu rural, travaillant dans le secteur informel ou occupant la position de chefs de famille, qui se trouvent actuellement exclues du système malien de protection sociale dont la couverture nationale s’élève actuellement à 10 pour cent des Maliens.

Après leurs présentations respectives, les intervenantes ont répondu à des questions posées par le public sur les thématiques suivantes :

  • L’accès aux terres et aux intrants agricoles, mais aussi aux programmes de soutien aux petits producteurs ;
  • Le rôle des facteurs culturels dans les transferts monétaires : ces programmes peuvent-ils favoriser les conflits et les violences domestiques au sein des ménages en accordant aux femmes le statut de bénéficiaires prioritaires ?
  • Existe-t-il au Brésil et au Mali des initiatives proposant des services de crèches dans le but de renforcer l’employabilité des femmes, entre autres mesures d’autonomisation économique des femmes ?

Le séminaire virtuel « Comment promouvoir des politiques publiques tenant compte de la problématique hommes-femmes » constitue le premier numéro de la série intitulée Dialogue entre les pays en matière de protection sociale. Tous les deux mois, cette série abordera la mise en œuvre de politiques et de programmes sociaux à travers le monde et dans différents domaines. Le prochain webinaire se tiendra le 24 août et sera consacré à la petite enfance.

Abonnez-vous au Bulletin d’information du WWP ou devenez membre de notre Communauté en ligne sur socialprotection.org pour être informé à l’avance des prochains séminaires.

 

Cliquez ici pour accédez à la présentation

 

Regardez l’enregistrement du webinaire ici:

 

This blog post is published as part of the Webinar Series, which brings together the summaries of webinars organized by socialprotection.org and partners on a variety of themes related to social protection. If you have any thoughts on the topic discussed, we would love to hear them. Please add your comments below and we will get back to you.